L'équipe

Méryll Ampe

Sculptrice de formation (2000 à 2006, Ecole Boulle, Paris) Méryll Ampe développe un travail plastique et sonore durant son cursus aux Beaux Arts de Paris-Cergy (2010 à 2014), et suit les cours de composition assistée par ordinateur du compositeur Octavio Lopez au Conservatoire Georges Bizet (Paris).

Pendant ses études elle a pu assister Robin Meier à Paris et Manuel Rocha Irturbide au Mexique. Elle met en parallèle, les pratiques du son et de la sculpture (tailler dans la masse, modeler, ciseler) en s'appuyant sur l'incorporalité. Elle interroge la matérialité des sons dès leurs naissances et dans leurs différents états, à travers des procédés plastiques, afin de les rendre visibles et tangibles.

Par ailleurs elle utilise des captations de type field recording pour générer résonances, tensions et ruptures dans son travail sonore. Elle collabore avec le collectif Supernova, mais aussi avec des artistes tels que Fabien Zocco (art numerique), Axelle Remeaud (plasticienne), Fernando Vilchez Rodriguez (cinéaste), Kerwin Rolland (artiste), Joséfina Camus (danseuse) et avec Christian Rizzo (chorégraphe), dans le cadre du Workshop-Master Class "In Vivo Electro" du Festival Manifeste à l'IRCAM, à Paris.

Certaines de ses compostions sont éditées sur les labels Tsuku Boschi Records, Paris, Audition Records, Mexico, et Musica Disperso Radio, Londres. Elle se produit en concert dans les festivals : Bruit Blanc, E-Fest (Tunisie), aux Instants Chavirés, au Mac/Val, au Palais de Tokyo et au Centre Pompidou-Metz. (Invitée pour la rétrospective de Tania Mouraud en juin 2015). : https://soundcloud.com/ryll-1. Pour la Compagnie2minimum, elle a réalisé et joue en live la création musicale de CARE (2016)

Marie Barbottin

Après une enfance en terre bretonne, Marie entame en 1999 le cursus de danse contemporaine du CNSMD de Paris. Elle rejoint en 2005, en tant que stagiaire, la Ririe Woodbury Dance Company à Salt Lake City (USA) où elle collabore avec Charlotte Boye-Christensen, et y rencontre Murray Louis et Alberto del Saz, et danse dans Imago (Nikolaïs, 1963) au Capitol Theater.

De retour en France, elle est interprète pour les chorégraphes Laurence Marthouret, puis Emilio Calcagno (notamment dans le projet Nouvelle Vague/Génération Bagnolet dans des pièces de Preljocaj, Bagouet et Galotta ayant été primées au concours de Bagnolet dans les années 80) . Elle travaille aussi avec les metteurs en scène Nirupama Nityanandan, le poète Julien Marcland, le pianiste David Greilsammer, le vidéaste Julien Paumelle, les réalisateurs Ludivine Large Bessette et Etienne Aussel, la créatrice de vêtements Marie Labarelle.

Elle a collaboré avec les metteurs en scène Hélène Cinque, Alexandre Zloto, Rafaël Biancetto et Nicolas Vallet et mené auprès d’eux une réflexion sur le travail du corps de l’acteur.

Plus récemment, elle danse pour les chorégraphes Claire Jenny, Olivier Bioret, Martin Chaput et Martial Chazallon, Frederike Unger et Jérôme Ferron, Carlo Locatelli , Nans Martin, Johanna Lévy. En juin 2013, elle se frotte au jeu d’auteur en co-signant et co-interprétant avec Pierre Pontvianne un Vif du Sujet commandé par la SACD, «Punkt», créé lors de June Évents. Professeur diplômée depuis 2007, Marie a a coeur d’explorer des manières de lier ses expériences artistiques et pédagogiques, et de diversifier ses collaborations dans le désir sans cesse renouvelé de rencontrer l’altérité.

Elle aime aussi beaucoup les jus de pamplemousse pressés et chanter sous la douche.

Pour la Compagnie2minimum, elle est l’une des interprètes de la création LACHE (2015) et de Pas de contact sans écart (2015) , CARE (2016), Quelque chose est en train de se passer (2016), A la chaleur de ton souffle (2017), Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019), fait partie de l'équipe artistique pour les actions adressées de la compagnie depuis 2017.

Doria Bélanger

Issue de la formation Coline (France) et de la EDge Company au sein de la London Contemporary Dance School (UK) elle interprète sur des scènes nationales et internationales des pièces créées en collaboration avec Les ballets C de la B, Emanuel Gat, Edmond Russo et Shlomi Tuizer, Ben Duke, Martin Forsberg… 

En 2012, elle performe dans 36 une pièce chorégraphiée par Jorge Crecis dans le cadre de Dance Exposure au Royal Opera House à Londres. En 2013, elle intègre le projet Mother Tongue laboratoire de recherche et création chorégraphique avec Edmond Russo et Shlomi Tuizer dans le cadre de Marseille Provence 2013. 

Suite à sa rencontre avec Mélanie Perrier en 2012, elle participe à différents projets de la Compagnie 2minimum, notamment en tantqu'interprète dans la pièce Imminence.

Parallèlement à son travail de danseuse interprète, elle développe depuis 2011 un travail de vidéos chorégraphiques expérimentales. 

Pour la Compagnie2minimum, elle est l’une des interprètes de la création Imminence (2013) , Pas de contact sans écart (2015), CARE (2016) , Quelque chose est en train de se passer (2016); A la chaleur de ton souffle (2017)

Alexandra Bertaut

vit et travaille à Paris et Ailleurs. Exploratrice le corps comme sujet et non prétexte. Parce que c’est bien du corps qu’il s’agit là.  Cette mise en scène du soi inhérente au vêtement.Définir-modeler des espaces. Des identités - des individualités. Multiples -corps social. Organismes vivants D’abord des études en Arts Appliqués, Mode & Environnement & des fictions dansées avec notamment Carlotta & Caterina Sagna, Edmond Russo & Shlomi Tuizer, Frank Micheletti, Fabrice Lambert, Herman Diephuis, Maud Le Pladec, Thomas Quillardet, Richard Siegal, Su-Feh Lee & Benoit Lachambre.

Pour la Compagnie2minimum, elle réalise  la création du costume de Nos charmes n’auront pas suffi (2014)

Silvia Borzelli

Compositrice italienne,Silvia Borzelli étudie le piano et la composition en Italie, avant de recevoir l’enseignement de Luca Francesconi à la Musikhögskolan de Malmö (Suède). Elle intègre en 2008 le Conservatoire Royal de La Haye et se perfectionne auprès de Martijn Padding, Diderik Wagenaar, Yannis Kyriakides et Louis Andriessen.

En 2009, elle est finaliste du Henriëtte Bosmans Prijs,et reçoit le troisième prix lors du concours international de composition Valentino Bucchi. La musique de Silvia Borzelli est interprétée par de nombreux solistes et ensemblesde renom en Europe et aux États-Unis : Umze ensemble, Nieuw Ensemble, Asko|Schönberg, Helsingborg Symphony Orchestra. Plusieurs de ses œuvres sont créées en 2011 par l’ensemble Klang à La Haye et l’ensemble CO2 à Firenze.

Pour sa saison musicale 2012, la Fondation Royaumont lui a passé commande d’une œuvre destinée aux Cris de Paris, ensemble en résidence à Royaumont.

Pour la Compagnie2minimum, elle réalise les créations musicales d’ IMMINENCE (2013) et de Nos Charmes n’auront pas suffi (2014)

Gaspar Claus

Violoncelliste tout-terrain qu'on pourrait qualifier d'héritier hérétique de l'exemplaire Tom Cora avec lequel il partage cet alliage du populaire et du savant, de la mélodie et du boucan ainsi qu'une gourmandise tous azimuts, il met sa technique hirsute au service de la joie pure d'être vivant, toujours ouvert à la surprise, avec cet élan humaniste dont il vient contaminer ses innombrables collaborations ( de Jim O'Rourke à Sufjan Stevens, Rone et Angélique Ionatos).

Musique improvisée (en compagnie de Keiji Haino ou de Serge Teyssot-Gay), musique contemporaine (avec Bryce Dessner) flamenco (Pedro Soler et Ines Bacan) ou pop (Barbara Carlotti, Peter Von Poehl), tout entre ses mains se transforme en exercice d'intensification du goût, d'éclatement des frontières. Musicien désentravé dont l'esthétique mouvante est une éthique de la flibusterie, de la contrebande et du partage, Gaspar Claus est aussi l'instigateur du « Festival Permanent ». Cette grande confrérie invisible et éclatée se propose au delà de tout esprit de chapelle, de disséminer à travers le monde comme une idée de l'acte gratuit et spontané, une pensée de la création libre dont le geste s'invente à mesure qu'il se découvre.

Une confrérie sans dogme ni hiérarchie, impossible à définir, à circonscrire, à capturer. Gaspar Claus est de ces musiciens pour qui la musique est avant tout la manifestation d'une présence au monde et une célébration ininterrompue de ces vieilles valeurs désuètes et pourtant ô combien subversives que sont l'amitié, la réinvention du vivre-ensemble, la violence du plaisir. Valeurs qu'il exalte avec les violonistes Carla Pallone et Christelle Lassort en compagnie desquelles il a fondé Vacarme, trio engagé avec la même ferveur au côté d'artistes tels que Rover ou Stranded Horse que dans l'interprétation sauvageonne de compositeurs contemporains.

Pour la Compagnie2minimum, il a réalisé et joue la création musical en Live de Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019) et de A la chaleur de ton souffle (2018)

gasparclaus.com

Sylvain Dufour

Il scénographie les créations de la Compagnie Un Soir Ailleurs depuis 2009 (dispositif de 48° qui mêle paysage, photos, danse à l’Espace d’Art Contemporain Camille Lambert ainsi que la scénographie « Le Jardin Oublié » et une scénographie-installation en mouvement “Territoires Imaginaires” dans le Centre Culturel de Beaulieu à Poitiers).

Depuis 2007, il travaille avec le maquillage et sur la métamorphose du visage. Il mène actuellement un travail sur la notion de démaquillageremaquillage qui peut âtre assimilé à un travail “pictural”. Il en fait un élément partitionnel pour Noces-quatuor chorégraphie d’Aurélien Richard donné au Centre National de la Danse en avril 2013. Il travaille à un cycle de performances axées sur le quotidien données dans l’espace public, et est invité par Aurélien Richard pour la performance Limen donnée à la Ménagerie de Verre.

Pour nourrir la corporalité de son travail théâtral, Il suit des stages de danse contemporaine avec Toméo Vergès, Fabienne Mentjuck, Mié Coquempot ou même Alban Richard. Il danse pour Pierre Cottreau et Geisha Fontaine dans Les yeux dans les yeux présenté cette année à Buenos Aires, puis au CND en février.

Pour la Compagnie2minimum, il réalise  la création maquillage pour LACHE (2015) et Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019)

Jan Fedinger

Jan Fedinger est un artiste lumière et designer-lumière qui a débuté dans le monde du théâtre. Formé à Amsterdam et Helsinki , il a travaillé en collaboration avec des artistes à travers l’Europe comme Jefta van Dinther, Rodrigo Sobarzo, Joao Evangelista, Dennis Deter & Anja Müller, modulorbeat et Aitana Cordero, entre autres.

Il a développé sa propre façon de communiquer grâce à la lumière avec le public, étant toujours intrigué par comment la manière dont nous regardons les choses influence ce que nous voyons. Son travail a depuis été décrit comme vivacité et vitalité de la lumière (liveliness and aliveness of light), précisément parce qu’il considère la lumière comme un corps qui peut être façonné et chorégraphié comme le corps d’un danseur.

Au printemps de 2014 seront montrées les premières des nouvelles créations auxquelles il a participé: Les jours de canicule sont terminés par Jan Martens, l’animation de Lea Martini et les Dialogues Karaoke par Daniel Linehan. Sa démarche artistique s’aventure dans de nombreuses autres formes d’art comme la photographie et le cinéma, le design pour et la conception des espaces, aussi pour d’autres soupapes dans des installations autonomes, dans le contexte des arts visuels.

Récemment, ces installations ont été exposées dans des expositions de groupe à Enschede [NL], Helsinki [FI], Paris [F] et Schiedam [NL]. Actuellement, il développe la série d’installation “land[e]scape“ qui vise à créer une prise de conscience des phénomènes de la lumière naturelle dans un monde en numérisation afin de créer une archive d’expériences . Dans les champs du théâtre et de l’art (avec ses installations), Jan Fedinger cherche à déplacer sa perception du public grâce à l’utilisation de la lumière à un niveau conscient et inconscient . Et ce pour créer des environnements qui finalement n’ont pas encore été perçus, mais seulement rêvé.

Pour la Compagnie2minimum, il réalise  la création lumière de LACHE (2015) et Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019)

Massimo Fusco

se forme à la danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.Après avoir été interprète auprès de Jean-Claude Gallotta, Annabelle Bonnery et François Deneulin à Grenoble, il rejoint Hervé Robbe au Havre.

Il participe d'abord aux tournages Une maison sur la colline et Un appartement en centre ville, reprend Là, on y danse et crée les pièces Next Days et Slow Down. Il collabore avec Joanne Leighton à Belfort sur les projets Display/Copy Only, Made in... série, les Modulables et Exquisite Corpse.

Professeur de danse diplômé d'Etat, il affine ses outils de transmission à travers de nombreux ateliers pédagogiques. Il s'intéresse à la performance en art et prépare un D.U. art danse performance à l'université de Besançon. Il est l'un des interprète de la création de Christian Rizzo, D'après une histoire vraie, et travaille actuellement pour Gisèle Vienne et Alban Richard.

Pour la Compagnie2minimum, il est l’un des interprètes de la création CARE (2016) et fait parti de l'équipe artistique pour les actions adressées de la compagnie depuis 2017.

Laurie Giordano

Interprète pour Alban Richard depuis 1997, Laurie Giordano danse également pour Kevin Jean, Claire Jenny, Laura Scozzi, Béatrice Massin, Gilles Verièpe, Luigia Riva, Rachel Matéïs…

Depuis 2014, elle est aussi artiste associée aux Quinconces-L'espal, scène conventionnée danse au Mans : elle y développe et coordonne les projets chorégraphiques pour les enfants (danse à l'école, stages) et crée des chorégraphies pour ou avec les enfants. Elle est certifiée praticienne de massage bien-être depuis 2012.

Pour la Compagnie2minimum, elle est l’une des interprètes de la création Quelque chose est en train de se passer (2016), A la chaleur de ton souffle (2018) , Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019) et fait partie de l'équipe artistique pour les actions adressées de la compagnie depuis 2018.

Julie Guibert

Julie Guibert passe sept années au sein de l’école privée de Madame Petrova à Lyon et commence sa carrière en 1991 dans la compagnie Maryse Delente à Vaulx-en-Velin.

Elle rejoint en 1995, le Ballet du Nord à Roubaix dont Maryse Delente vient de prendre la direction. De 1998 à 2003, elle danse au sein du Ballet Cullberg à Stockholm dirigé par Mats Ek, et interprète entre autres les pièces du répertoire Giselle, Le Lac des Cygnes, ou encore La Belle au bois dormant. De 2003 à 2005, elle danse pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, et travaille notamment avec William Forsythe, Christian Rizzo, Trisha Brown, et Maguy Marin. En 2005 et 2006, elle interprète à Londres Push et Transmission de la Compagnie Russel Maliphant, Nouveau Monde d’Yves-Noël Genod créé pour le Parc départemental de Chamarande, et Les Rares Différences de Marie-Agnès Gillot à Suresnes.

Dans le cadre du festival Montpellier Danse 2007, Christian Rizzo crée pour elle un solo intitulé b.c, janvier 1545, Fontainebleau. La même année, invitée pour le Sujet à vif du festival d’Avignon, elle présente le solo intitulé Devant l’arrière-pays écrit pour elle par Stijn Celis. En 2009, elle participe à la création de Ciao Bella, pièce pour cinq danseuses présentée par Herman Diephuis au festival Montpellier Danse et elle travaille avec Richard Siegal sur Glossopoïea, pièce pour trois danseuses créée en collaboration avec l’Ircam et présentée en décembre 2009 au Centre Pompidou dans le cadre du Festival d’Automne. En 2011, Herman Diephuis crée pour elle un solo intitulé Exécutions et elle retrouve Christian Rizzo sur la création le bénéfice du doute ainsi qu'un Duo en 2015. Elle participe à la création de Fabrice lambert pour le festival d'Avignon 2015.

Pour la Compagnie2minimum, elle est l’interprète de la création Nos charmes n’auront pas suffi (2014), Pas de contact sans écart (2015),Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019)

Anne Chloé Le Roy

Originaire des Antilles, après une formation classique auprès de Wayne Byars et Nathalie Pubellier, notamment, Anne-Chloé Le Roy poursuit son travail d’interprète auprès de chorégraphes étrangers (N. Dipla, P. Décina, L.Yuan Shang), français (N. Pubellier, C. Diverrès, B. Asselineau, S. Ricci...) ou de danseurs étrangers (J. Neves, D. Jalet, des Ballets C de la B)Passionnée par le mouvement, elle traverse autant les techniques de la danse moderne américaine que d’autres disciplinesen particulier pour la fluidité (techniques somatiques, yogas, danse-contact) et les dynamiques (salsa, modern’jazz).

Elle alterne ainsi de spectacles de cabaret (Cie Precious Diamond) aux improvisations dansées avec musiciens professionnelsde créations sur plateau (Cie Danse Ad Lib), à des pièces courtes et de performances de danse-contact en extérieur. Attachée aux questions de transmission, elle est parallèlement diplômée d’état en danse contemporaine au CESMD de Poitiers, et développe sa culture chorégraphique en suivant un cursus en Arts du spectacle/danse à l’Université de Paris 8.

Pour la Compagnie2minimum, elle l’une des interprètes de la création Imminence (2013)

Ludovic Lezin

se forme à la danse de 1988 à 2004, au C.N.R de Bordeaux, puis à E.P.S.E danse à Montpellier, il achèvera sa formation au C.N.S.M.D de Lyon.

De 2004 à ce jour il est danseur interprète pour différentes compagnies telles que Angelin Preljocaj, Gianni Joseph, Cyril Viallon, Staatstheater Mainz (DE), Allias (CH) et Matthieu Hocquemiller avec qui il collabore depuis 2007.

Souhaitant approfondir son rapport à la danse, ainsi que ses formes de représentations, il développe aujourd'hui des projets performatifs questionnant le corps en lien à son environnement, physique, social ou intime.

Pour la Compagnie2minimum, il est l’un des interprètes de la création CARE (2016)

Erik Houllier

Élève des Beaux-Arts de Rennes jusqu’en 1995 où il entreprend ses premières scénographies. Intrigué par la lumière et son pouvoir tacite, il collabore au début sur la technique de pièces de théâtres de Madeleine Louarn et d’oeuvres de chorégraphes très différents comme La Ribot, Maria Donata D’Urso, Julia Cima, Christian Rizzo, Raymund Hoghe ou Boris Charmatz.

Après de multiples créations d’éclairage architectural, d’expositions et d’évènements, dont plusieurs pour les monuments historiques, il se concentre essentiellement à la création danse et performance, en accompagnant des des artistes tels que Robyn Orlin, François Chaignaud & Cécilia Bengolea, Vera Mantero, Steven Cohen ,Pedro Gomez Egana. Projets en cours avec Yalda Younès, Nadia Beugré, Steven Cohen et Vincent Thomasset.

Pour la Compagnie2minimum, il réalise  la création lumière de Nos charmes n’auront pas suffi (2014)

Véronique Laugier

Formée en danse classique à l’Académie Chaptal, Véronique inte gre le Conservatoire National Supérieur de Paris de 1999 à 2004 en section contemporaine.

Elle interprète au sein du Junior Ballet du CNSM différentes pie ces de chorégraphes tels que : Angelin Preljocaj, Mark Tompkins, Hervé Robbe, Pedro Pauwels. A l’issue de sa formation, elle rencontre Odile Duboc dans le cadre d’un Opéra et danse par la suite pour : Laurence Marthouret, Marie Claude Pietragalla, Isira Makuloluwe. David Drouard, Willi Dorner à Berlin, Cie du Nouveau Jour ( Sophie Girod et Alexandra Luyat ), le Théâtre de la Canaille ( Denis Buquet ), Yoshi Oïda.

Depuis 2012, elle collabore avec Sylvain Groud, ou elle intervient aussi dans les écoles, les hôpitaux, avec Catherine Dreyfus, Benoît Bar, Gaëtan Brun Picard, et Olivier Dubois pour une reprise de rôle dans la pie ce : Révolution. Passionnée de musiques électroniques, elle commence à mixer dans divers soirées en paralle le de sa carrière de danseuse.

Pour la Compagnie2minimum, elle l’une des interprètes de la création LACHE (2015), A la chaleur de ton souffle (2017)

Nicolas Martz

En 1997, après des études de lettres modernes à la faculté de Reims, Nicolas Martz a suivi une formation aux techniques d'enregistrement à l'Ecole des Métiers de la Communication (E.M.C).

Appelé au service militaire en 1999, il choisit de devenir objecteur de conscience à l'Ensemble 2e2m. Il réalise alors les enregistrements des concerts et se familiarise avec la composition assistée par ordinateur. A cette époque, il fonde un groupe de musique électronique ,Missmood, et commence à se produire en concert à partir de matériaux préenregistrés modifiés en direct. Le hasard des rencontres fait qu'il s'oriente rapidement vers la création sonore en rapport avec la danse.

Depuis un certain nombre d'années il collabore à certaines pièces, oeuvres, performances et réalisations avec la compagnie Les gens d'Uterpan et il participe depuis 8 ans aux créations de la chorégraphe Claire Jenny au sein de la compagnie Point virgule. Il a eu l'occasion de composer pour l'image, le théâtre et les arts plastiques….

Par ailleurs, son métier de régisseur son lui donne l'occasion de sonoriser de nombreux concerts. Il trouve dans les sons du réel l'inspiration et, le traitement, l'arrangement et la composition du hasard on toujours suscité beaucoup d'intérêt chez lui.

Pour la Compagnie2minimum, il participe à la sonorisation de Nos charmes n’auront pas suffi (2014) et réalise la spatialisation sonore de la création musicale Live de Quand j'ai vu mon ombre vaciller (2019) en collaboration avec Gaspar Claus

Cecile Médour

Formée comme interprète par Raza Hammadi , Cécile Médour est titulaire du diplôme d’état depuis 2005 et Choréologue Benesh diplômée du CNSMDP depuis 2010.

Elle a eu l’occasion de traverser et participer notamment au travail de Jean Claude Gallotta, Emio Greco, Emilio Calcagno Vertigo Dance Compagny, Compagnie Kafïg. Cécile Médour travaille actuellement comme assistante chorégraphique et répétitrice pour plusieurs compagnies françaises,et poursuit parallèlement son parcours de notatrice notamment par le biais de projets soutenus par le Ministère de la Culture et d’actions de formations et d’expertise du mouvement (CND, CNSMDP...)

Pour la Compagnie2minimum, elle participe à la création IMMINENCE, Nos Charmes n’auront pas suffi, comme assistante chorégraphique / Choréologue (benesh)

Blandine Pinon

Après une formation de danse à paris, elle entre au CNSMD de Lyon en 2001. Elle travaille ensuite avec la Cie Cave Canem / Philippe Combes, puis avec la Cie la Trisande / Delphine Gaud,  la Cie Volta / Jeanne Brouaye, et les metteurs en scène Séverine Fontaine et Hervé Taminiaux.

Elle suit en 2007-2008 la formation de l’interprète à l’auteur au CCN de Rillieux-la-Pape / Cie Maguy Marin et à l’Université d’Anthropologie Lumière Lyon II. En 2008, elle conçoit avec Cécile Babiole I’ll be your mirrorpièce danse et images en 3D créée à la Filature de Mulhouse.

En tant que membre de la Cie les 7 Soeurs (Cie pluridisciplinaire basée à Lyon), elle co-écrit avec Yann Lheureux L’un de nous ne peut être faux, duo, puis Le refuge, pour quatre danseurs, musi- ciens et comédiens, et En sucre de pastèque d’après l’oeuvre de Richard Brautigan. Elle collabore aussi sur les projets des autres membresde la Cie : Laure Giappiconi, Catherine Hargreaveset David Mambouch.

En 2011, elle co-conçoit avec Catherine Hargreaves Au secours! Au secours! Au secours! Au secours! avec un groupe de patients et infirmières de l’Hôpital Psychiatrique du Vinatier, création présentée aux Subsistances de Lyon. Elle est batteuse dans le groupe rock Le band du band de 2009 à 2011, et dans les Laïa Ladaïa pour la performance Dreaming Americas de Agnieszka Ryskiewicsz.

Pour la Compagnie2minimum, elle l’une des interprètes de la création Imminence (2013)

Nathalie Schulmann

Nathalie Schulmann est danseuse, professeur diplômée de danse contemporaine et spécialisée dans l’analyse du corps dans le mouvement dansé. Elle élabore un enseignement théorico-pratique où se mettent en lien l’empirisme artistique et les bases scientifiques de l’apprentissage du mouvement.

Sa démarche propose des critères d’observation et d’analyse pour saisir et évaluer les coordinations spécifiques à l’art de la danse (facteurs physiques, perceptifs et symboliques). Cette recherche souligne les interactions entre le développement moteur des enfants et l’expertise du geste dansé pour préserver la santé du danseur, sa cohérence biologique et son intentionnalité artistique. Elle collabore notamment avec les chorégraphes des compagnies ensemble l’Abrupt (Alban Richard) et Absolutamente (Jésus Sevari). Elle intervient également dans la formation des ostéopathes sur la posture et les gestes thérapeutiques.

Pour la Compagnie2minimum, elle est depuis 2015 et la création LACHE Assistante et consultante en AFCMD auprès de Mélanie Perrier et la compagnie.

YES SOEUR

Duo franco berlinois, composé d’Alexandre Bouvier et de Grégoire Simon. Sans cesse en aller-retour entre matière sonore contemporaine et travail formel issu de la culture du mix electro, les deux musiciens après un parcours musical classique, naviguent entre le champ de la musique contemporaine orchestrale ( L’ensemble Intercomporain, ANDROMEDA MEGA EXPRESS ORCHESTRA, Boram Lie..) et la scène électronique contemporaine en Europe (Clubs, festivals). Leur esthétique musicale se déploit plutot vers une techno minimale. Leur ouverture artistique leur ont déjà permis de collaborer avec le monde du spectacle vivant, notamment de la danse ( Gaetan Brun Picard, Eric Minh Cuong Castaing..)

Pour la Compagnie2minimum, ils réalisent  la création musicale Live de LACHE (2015)

© 2020 Compagnie 2 minimum / Mélanie Perrier
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram