Compagnie

l'équipedossier artistquerevue de presse

Pour une virtuosité de la relation

cie2minimum-schema-presentation RE L A TION 1+1 D ANSE L’autre L umière 1+1+1 (public) DUO T echnique A ctions et gestes adressés Chorég r aphique Formation L’autre “différe n t” corps

La Compagnie développe un travail autour d'une "virtuosité de la relation". Chaque création s’inscrit dans une recherche autour de la mise en relation de deux personnes, et du duo en particulier, là où le trio possède une personne en trop et le solo une personne qui manque.

Mélanie Perrier y mène une recherche autour du modelage du mouvement jusqu’à l’épure du geste, et de l’articulation que celui-ci entretient avec l’image. 

La question du deux reste centrale dans son travail depuis 15ans, et l’amène à créer des projets pour le plateau comme pour des lieux du patrimoine, avec un souci grandissant autour de l’expérience du spectateur. Elle porte une attention toute particulière à l’articulation entre la danse et la lumière, la danse et la musique pour donner lieu à des expériences perceptives et sensibles dans de grands triptyques autour des relations contemporaines. L’écriture chorégraphique suit ainsi une géographie du corps dans une conscience intime du temps et sur les bords du visible, pour à chaque fois renouveler les contours du chorégraphique contemporain et du phénomène spectaculaire.

Que vient-on déposer et faire advenir sur un plateau ? Quel dialogue engageons-nous avec le spectateur dans cette fabrique d’expériences que reste le spectacle vivant ?

La compagnie défend cette “virtuosité de la relation” à travers ses créations, sa manière de créer des équipes, ses actions auprès de publics variés, ses écrits,  une nouvelle éthique de fabrique de la danse. Considérant la danse comme vecteur de relations sur et hors les théâtres, la compagnie s'attache à inventer de nouvelles places pour la danse. A ce titre elle a mené de vaste projets accès sur la vulnérabilité auprès de publics diversifiés allant des personnes hospitalisées aux personnes âgées, de tout jeunes enfants aux personnes en situations de handicap ou de précarité. La danse devient ce qui nous met en lien.

Mélanie Perrier

Après une décennie, où elle articule performances, gestes et de vidéo, Mélanie Perrier se déplace de l’image vers la chorégraphie et de la performance vers la danse, pour investir avec évidence le territoire du corps et de la danse en affirmant une radicalité à partir de la forme du duo.

Son parcours artistique est marqué par des rencontres déterminantes comme Deborah Hay, Lisa Nelson, Anna Halprin, Laurent Pichaud, Antonia Baehr, Christine Gérard, tout comme des formations en lumière.

En 2009, elle entame une collaboration avec la danseuse Julie Laporte avec qui elle développe les Partitions de promenades, présenté à la Biennale de Lyon,à Montpellier Sète, Paris et à Montréal.

Elle fonde la Compagnie 2minimum en 2010. En 2011-2012, elle fait partie des chorégraphes sélectionnées pour Transforme, le Programme International de recherche et composition chorégraphique à la Fondation de Royaumont dirigé par Myriam Gourfink sur les questions de l’écriture chorégraphique.
Sélectionnée pour Danse Élargie 2012, elle y reçoit une mention spéciale du Jury, pour sa création Imminence. Sa compagnie est ensuite rapidement soutenue par plusieurs CCN en France (LePhare CCN du Havre, le Musée de la Danse, CCNT deTours, CCN de Caen) ainsi que par les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis.

Sa compagnie est invitée en 2015, en résidence territoriale dans le département de l’Essonne, par le Conseil départemental et la DRAC Ile-de-France. Elle a été de 2016 à 2018, artiste associée du Centre chorégraphique national de Caen en Normandie  sous l’impulsion d’Alban Richard, et en compagnonnage au Manège de Reims, Scène nationale de Reims. Elle est depuis 2018 artiste associée à Points Communs Scène nationale de Cergy-pontoise.

Convaincue qu’une nouvelle place de l’art et de la danse est à réinventer dans la société d’aujourd’hui, elle est très attachée aux enjeux contemporains de l’éducation artistique, à commencer par la question de la formation et de la transmission. Au sein de sa compagnie, elle mène depuis 2009, des actions de formations et de sensibilisation auprès de publics diversifiés résolument tournées vers l’altérité et la vulnérabilité, allant des scolaires aux personnes hospitalisées, des personnes en situation de handicap aux personnes âgées, des enseignant-es, des danseurs professionnel-les aux responsables des publics ou acteurs du champ social. Puisque tout est lié.
Engagée dans les enjeux de la transmission, elle est également Maîtresse de Conférences en art à Sorbonne Universités, après une thèse sur la place de l’autre et la relation au spectateur dans une oeuvre. Elle s’attache à renouveler les outils de la transmissions de l’art et de la danse pour l’école.

Nourrissant son travail artistique d’un travail de la pensée, elle a créé parallèlement à sa compagnie le Laboratoire du geste en 2005, associé depuis à l’Institut ACTE de l'Université Paris1, où elle mène avec une équipe de chercheurs et d’artistes des recherches autour des esthétiques du geste et outils pour la performance. Elle a été invitée à  intervenir sur ces sujets sous forme de conférences, workshops et ateliers de création en France et à l’étranger.

Soucieuse de repenser les logiques de travail et des schémas de management spécifiques aux équipes artistiques, elle se forme depuis quelques années en coaching et management persuadée qu’une éthique de la virtuosité de la relation est à appliquer (aussi) dans la fabrique de la danse.
l'équipedossier artistquerevue de presse
© 2020 Compagnie 2 minimum / Mélanie Perrier
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram