A la chaleur de nos mains (personnes âgées)

Projet chorégraphique à l'EHPAD des 4 Saisons de bagnolet. Qu’est ce que le toucher me dit de l’autre ? Qu’est ce que je donne à l’autre
lorsque je le touche? C’est au creux du toucher que nous débutons cette traversée vers la danse. D’abord le toucher comme trajet vers le toucher
comme geste, et enfin le toucher réincorporé.
Nous abordons la danse dans sa capacité première de reliance, support d’une écoute à deux et d’un langage à inventer, et ce avant toute mobilité et toute
visibilité ou forme. Danser c’est déjà adresser des gestes à l’autre, intégrer la valeur sensible de la danse plus que sa dimension visuelle. Un geste qui passe
du geste bienveillant au geste dansé, en favorisant le donner à sentir plus qu’à voir.
Le projet a commencé à l’Ephad Louise Michel (Essonne), en 2015. 15 femmes (résidentes, soignantes, familles) ont ainsi participé.6 vignettes vidéos ont
ainsi pu être réalisé à même ces moments d’éclats et dansés, faites de geste infimes et de touchers délicats.
Il s’est poursuivi à l’Ephad d’Avize (Champagne) en 2016, et prend un nouvel essor en 2018 à l’Ephad de Bourron, à Champcevrais (Yonne), dont une partie du travail
sera intégré à la création "quand j'ai vu mon ombre vaciller" en recueillant auprès de ces femmes des récits sur l'accompagnement pour le nuage sonore. En 2019 s'ouvre un volet intergénérationnel, en reliant l'ehpad à la créche.
Ce projet chorégraphique a été soutenu par la DRAC ile de France,le Conseil départemental de l’Essonne, pour sa première année.
Puis en partenariat avec le Manège de Reims, Scène Nationale de Reims, et le conseil départemental de l’Yonne, et le Conseil départemental de Seine St Denis (Hisse et Oh! en 2019)
Pépites sensibles autour de quelques danses :

https://vimeo.com/259726568

CRéation associée

QUAND J'AI VU MON OMBRE VACILLER

Que faisons-nous de tous ces autres que nous avons rencontrés, aimés, celles et ceux qui nous accompagnent en hors champ, disparues ou toujours existantes? Sont ils derrière nous, ou encore à nos côtés, nous obligeant à reconsidérer les alentours de notre espace? Elaboré comme une méditation chorégraphique, ce projet poursuit un cycle entamé en 2016 […]
© 2020 Compagnie 2 minimum / Mélanie Perrier
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram